Version Française English version
 Ses origines  |  Voyage aller  |  Journal de marche  |  Volontaires 1870  |  Prospection  |  Usines & industrie  |  Voyage au Canada  
Usines et industrie (page 7)


4° La Lithologie du fond des mers le retient dans un compte rendu et des extraits d'un ouvrage de 600 pages de M. Delesse comportant des cartes des surfaces de terre immergées au moyen de teintes de couleur diverses suivant le caractère minéralogique des roches qui les composent. L'article s'étend largement sur "la France aux différentes époques géologiques. Il n'était pas encore question des nodules.

Nous allons voir enfin pourquoi et comment Jules Garnier s'intéresse aux 5° "Migrations humaines en Océanie d'après les faits naturels".


C'est un mémoire qui réunit un faisceau d'arguments en vue de faire valoir l'hypothèse que l'on pourrait exprimer ainsi : si l'on tient compte de la haute antiquité de l'homme sur la terre, de l'influence sur ses migrations des vents et des courants généraux, il a dû y avoir des échanges constants autour du globe entre les terres qui s'y rencontrent, d'un tropique à l'autre; il y avait donc de l'est à l'ouest non seulement un courant circulaire de l'atmosphère, un courant de la mer, mais encore un courant humain aussi, dit-il, nos connaissances actuelles sur les peuples intertropicaux, malgré leur insuffisance, nous montrent entre eux tous des relations évidentes de mœurs, de langage et il n'en saurait être autrement.


Ces arguments se fondent par exemple sur un tableau de 149 observations des vents, faites sur le rivage, à intervalles à peu près égaux, en 1866 à l'observatoire de Nouméa. Il y apparaît que les vents d'ouest n'ont jamais soufflé sans interruption plus d'un jour de suite, les vents de nord-ouest plus de quatre jours et en une seule fois; quant aux vents de sud-est, ils soufflent à peu près le reste du temps et par périodes qui atteignent 20 jours. Si les polynésiens sont venus de l'Amérique, il est possible d'en trouver des arguments dans les analogies de langage, dans la ressemblance des mœurs et des coutumes générales. Là, il dit : "j'ajouterai à cet égard que je possède des bambous sur lesquels ont été gravés avec les dents d'un coquillage et par les indigènes les principaux détails d'une de nos expéditions à la Nouvelle Calédonie. Cette écriture parlante est usitée par les américains et les polynésiens."

De ceci sont rapprochées douze autres similitudes. Toute la deuxième partie de l'ouvrage recherche et trouve ses preuves dans l'étude du langage calédonien* désespérant par le nombre de dialectes. Il en isole trois principaux, analyse les termes, les règles de syntaxe dans une quinzaine de tableaux et conclut avec M. Gaussin que : "Le polynésien est la réunion des deux langues : cet auteur pense que ce mélange ne dut se faire que dans de faibles proportions (en ce qui regarde la langue envahissante) car le polynésien a, malgré cette intrusion, conservé dans son ensemble tous les caractères d'une langue mère et homogène. Bien que ces problèmes indéterminés ne soient guère comparables à ceux dont les mathématiques s'occupent, on peut, néanmoins, voir ici une sorte de preuve assez semblable à celles qui confirment la justesse de certaines opérations du calcul arithmétique."

*
  Vous avez dit structuralisme ? (Structuralisme : courant de pensée issu de la linguistique et qui traite des faits humains comme éléments symboliques d'un ensemble qui peut être déchiffré)

Page précédente (6) 
créé par LusoDev                   Copyright ® 2007 - Dr. Jacques Le Sire - Tél. : +33 (0)6 89 30 06 07                     Infos légales | Liens